Déjà en plein dans l’automne : l’air qui se fait un peu plus frais et les soirées sous les couettes qui commencent à faire envie (les bâtiments japonais manquent cruellement d’isolation…).

Mais au Japon, l’automne c’est aussi l’attente des feuilles qui se colorent et des paysages qui changent de robes. Alors, impatients de sortir un peu de la métropole agitée, nous nous rendons le temps d’un week-end dans un coin où nous sommes déjà allés.

La capitale japonaise est entourée de monts à escalader, de forêts denses et de nature pittoresque. C’est une chance de pouvoir trouver ce genre d’endroit calme et reposant, après une semaine bien remplie.

Okutama, c’est un petit village de vallée tout au bout de la ligne de chemin de fer. Déjà, le trajet en soi est un voyage : on sort progressivement de la ville, les bâtiments se font moins denses, la nature prend du terrain petit à petit. Puis, à la sortie d’un tunnel, on est en pleine forêt.

Okutama se trouve un peu plus loin que Mitake où nous étions allés en octobre. Assez peu touristique, le village accueille principalement des citadins venus se dégourdir les jambes.

Nous choisissons alors de suivre la rivière qui circule entre les montagnes jusqu’au lac Okutama-ko. Admirer la nature et ses couleurs d’automne, marcher lentement pour apprécier la fraîcheur du vent, s’arrêter devant chaque pont qui semble tenir en équilibre les flancs de montagne… et même observer des singes, au détour d’un chemin, traversant la route paisiblement. Enfin, on commence à la sentir vraiment, cette atmosphère automnale que nous attendions tant. En effet, à Tokyo, les températures sont encores agréables et les feuilles bien vertes et bien accrochées…

Lorsque nous arrivons au lac, la nuit a déjà pris ses aises. Mais le spectacle de la noirceur qui dessine les contours du barrage est magnifique. C’est grandiose, calme, juste beau. Et puis quoi de mieux que d’y croiser un vendeur de patates douces chaudes ? Sentir ses mains froides sur le papier presque brûlant est un plaisir inégalable à ce moment-là.

Nous passons la nuit dans une petite auberge à Okutama où nous rencontrons des Japonais également de passage. Passer la soirée à échanger, mettre du sens dans ces chemins qui se croisent et qui auraient pourtant bien pu ne jamais se rencontrer : c’est aussi ça, le bonheur de voyager et de prendre le temps.

Le lendemain, nous nous levons tôt pour partir gravir le mont Gozen. Le départ est au pied du lac. L’ascension progressive qui parfois tient plutôt de l’escalade nous offre des paysages magiques et emplis de poésie. Parfois, nous pouvons jeter un regard vers le lac ou admirer le paysage qui se profile, de plus en plus grand. Au sommet, nous pouvons même voir le sommet du mont Fuji !

Après avoir pris le temps de profiter de l’instant et de la satisfaction d’être arrivés au sommet, nous redescendons doucement, pour compléter et achever cette parenthèse magique.

Fatigués mais revigorés et la tête remplie d’images, nous sommes prêts à replonger dans le flux de la capitale.

Pour en voir plus >> Galerie Photos Okutama

Comments are closed